Les cépages oubliés de la Champagne : Redécouvrir l’Arbane, le Petit Meslier, le Pinot Blanc et le Pinot Gris

Champagne-lost-grapes

En tant qu’amateurs de champagne, nous prononçons peu de mots lorsqu’un délicieux champagne inonde notre palais. Le tintement des verres, ce son que l’on apprécie tant, on ferme les yeux un court instant et on apprécie ce moment de plénitude. Cependant, lorsqu’il s’agit de conversations plus élaborées sur le champagne, notre vocabulaire tourne autour de trois mots : Pinot Noir, Chardonnay, et Meunier. La simple évocation de ces noms donne envie du prochain verre. Mais si le champagne avait plus à offrir que ces trois cépages ?

La Sainte Trinité du Champagne : Pinot Noir, Chardonnay et Meunier

Il n’est pas surprenant que les noms Pinot Noir, Chardonnay et Meunier – officieusement appelés la Sainte Trinité du Champagne – aient atteint une telle célébrité. Couvrant aujourd’hui plus de 99,6 % de la surface du vignoble champenois, ils ne cessent de titiller nos palais par leur caractère unique, leurs nuances aromatiques et leurs expressions distinctes en constante évolution, influencées par des terroirs spécifiques, des millésimes, des choix de vinification ou d’autres facteurs.

Outre la multitude de styles et de goûts que l’on peut trouver dans ces trois cépages, il existe cependant un autre micro-univers caché dans l’appellation AOC Champagne : quatre secrets bien gardés qui attendent d’être découverts par les amateurs de champagne à la recherche de cuvées confidentielles et d’une diversité effervescente hors des sentiers battus.

Les quatre secrets les mieux gardés de la Champagne : Arbane, Petit Meslier, Pinot Blanc et Pinot Gris

Ne représentant pas plus de 0,3 % de la surface totale du vignoble, les quatre rares cépages que sont l’Arbane, le Petit Meslier, le Pinot Gris et le Pinot Blanc sont souvent mis sous le tapis ou plutôt sous les crayères de la Champagne, alors que la loi sur l’appellation répertorie bien sept cépages officiels pouvant être utilisés pour la production de champagne depuis 1927, et non trois seulement comme beaucoup le supposent.

Si l’on considère la longue histoire de la région, on constate que ces quatre raisins ont été progressivement remplacés par d’autres variétés plus productives en l’espace d’un siècle, mais ces dernières années, quelques vignerons et maisons de champagne ont redécouvert leur intérêt pour rajeunir le goût presque oublié de ces quatre fabuleux cépages.

Certains de ces producteurs ont la chance de posséder de vieilles vignes datant de près d’un siècle ; d’autres ont introduit l’Arbane, le Petit Meslier, le Pinot Blanc ou le Pinot Gris dans leurs vignobles.

Arbane_Ampélographie
Illustration du cépage Arbane blanc par Jules Troncy dans l’ouvrage « Ampélographie : traité général de viticulture » publié sous la direction de P. Viala & V. Vermorel avec la collaboration de A. Bacon, A. Barbier, A. Berget [et al.] – Date de l’édition originale : 1901-1910

Les cépages oubliés de la Champagne

Au siècle dernier, ces quatre cépages ne produisaient pas les mêmes styles de champagne que nous connaissons et aimons aujourd’hui. Sous le climat le plus septentrional de la Champagne, ces cépages précoces ont souffert de fortes gelées de printemps pendant le débourrement, de conditions météorologiques défavorables pendant la floraison qui ont provoqué le millerandage – le développement de petites baies vertes incapables de mûrir – ainsi que de mois d’été nuageux et pluvieux entraînant une mauvaise nouaison, appelée coulure, ou pourriture.

A cause de cela et de la forte sensibilité de ces raisins aux maladies, les viticulteurs se retrouvaient souvent avec des récoltes inégalement mûres et de faibles rendements au moment des vendanges. C’est la principale raison pour laquelle ces quatre cépages étaient généralement utilisés dans les assemblages plutôt que dans les champagnes à cépage unique.

PinotBlanc_Ampélographie
Illustration du cépage Pinot blanc par Jules Troncy dans l’ouvrage « Ampélographie : traité général de viticulture » publié sous la direction de P. Viala & V. Vermorel avec la collaboration de A. Bacon, A. Barbier, A. Berget [et al.] – Date de l’édition originale : 1901-1910

Arbane, Petit Meslier, Pinot Blanc et Pinot Gris dans les assemblages

L’Arbane et le Petit Meslier, par exemple – deux cépages à forte acidité et aux arômes plutôt dominants – apportent de la vivacité et de la fraîcheur aux vins trop mûrs et un peu lourds dans les millésimes chauds, et créent de la profondeur aromatique grâce à leurs arômes épicés et herbacés s’ils sont utilisés à petites doses qui ne domineront pas l’assemblage.

Le Pinot Gris, quant à lui, apporte du volume, du corps et une complexité généreuse aux millésimes moins expressifs, tandis que le Pinot Blanc apporte un fruit délicat et charmant et une fraîcheur douce qui rendent les champagnes plus accessibles dans leur jeunesse.

Malgré toutes les possibilités qu’offraient l’Arbane, le Petit Meslier, le Pinot Gris et le Pinot Blanc dans le processus d’assemblage, ils se sont avérés difficiles à manier tout au long de la saison de croissance et ont fini par disparaître des vignobles au fil du temps, les viticulteurs les remplaçant parcelle après parcelle par le Pinot Noir, le Chardonnay ou le Meunier pour sécuriser leurs rendements et, finalement, leurs revenus.

PinotGris_Ampélographie
Illustration du cépage Pinot gris par Jules Troncy dans l’ouvrage « Ampélographie : traité général de viticulture » publié sous la direction de P. Viala & V. Vermorel avec la collaboration de A. Bacon, A. Barbier, A. Berget [et al.] – Date de l’édition originale : 1901-1910

Un nouvel avenir pour les cépages oubliés

Heureusement, ces cépages n’ont jamais totalement disparu de la Champagne. La nostalgie et la curiosité de certains, ainsi que les nombreux millésimes plus chauds des deux dernières décennies ont encouragé une nouvelle génération de producteurs à donner à ces cépages presque oubliés une nouvelle chance de s’épanouir sous des étés plus chauds et dans le cadre de techniques modernes de gestion des vignobles.

Des cuvées passionnantes, vivantes et d’une puissance rafraîchissante, sont le résultat convaincant de courageux pionniers champenois qui croient au grand potentiel de ces cépages et qui continuent à enrichir la diversité du vignoble champenois. Nous sommes fiers d’en avoir plusieurs dans la famille Envie de Champagne.

Le dévouement de ces vignerons a inspiré d’autres producteurs pour planter, greffer et assembler de nouvelles cuvées qui dorment actuellement dans les caves champenoises et verront le jour dans les années à venir.

En attendant, vous pouvez déguster une délicieuse sélection de ces secrets bien gardés de la Champagne à base d’Arbane, Petit Meslier, Pinot Blanc ou Pinot Gris dans notre boutique :

Champagnes mono-cépage

Champagnes multi-cépages

  • Cuvée „Quattuor“ de Champagne Drappier : Cette cuvée, élaborée à partir des quatre cépages Blancs : Arbane, Petit Meslier, Pinot Blanc, et Chardonnay met en avant l’harmonie intemporelle et la délicate fraîcheur fumée de ces cépages.

Champagnes de complantation

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :